Interview du Président de l’AGET, José Kwassi SYMENOUH pour le Magazine du Ministère du Développement à la Base

Interview du Président de l’AGET, José Kwassi SYMENOUH pour le Magazine du Ministère du Développement à la Base

Posted by

 

  1. Monsieur le Président de l’AGET, plusieurs jeunes entrepreneurs ont lors de ce diner, reçu des promesses de mentorat, de soutien techniques et même de partenariat. Trois mois après cette soirée, comment se sont concrétisées ces promesses ?

Effectivement les débats entre les jeunes entrepreneurs et les dirigeants des Grandes Entreprises ont beaucoup tourné autour du mentorat et du coaching.

A ce jour je n’ai pas le retour ni des jeunes entrepreneurs ni des grandes entreprises. A cette étape Il est donc prématuré de parler de concrétisation de ces promesses. Toutefois il y a eu des échanges de contacts au cours du diner, j’encourage vivement les jeunes entrepreneurs à relancer les entreprises qui leur avaient fait des promesses de partenariat, de mentorat, d’appui technique sous toute forme, en vue de les concrétiser le plus tôt possible. Je peux vous garantir que les grandes entreprises ont leurs portes ouvertes.

  1. Quel est l’intérêt pour les grandes entreprises, qui a priori, n’ont pas besoin de jeunes pousses de soutenir de jeunes entrepreneurs ? autrement dit pourquoi avez-vous décidé de soutenir ces jeunes ?

Les entreprises de l’AGET et leurs dirigeants se veulent des exemples pour le respect de la loi et de la règlementation, de la qualité de  leur gestion, de la couverture sociale de leurs salariés et de leur responsabilité sociétale.

L’AGET est une organisation qui représente les entreprises du secteur privé et en cette qualité soutient toutes les entreprises du secteur privé. Le soutien aux jeunes entrepreneurs considéré comme très important , présente un grand intérêt pour le monde des entreprises. Je vais vous citer deux exemples :

  • La Silicon valley aux Etats unis où s’est véritablement forgée l’image d’entreprises parties de rien avec tout le soutien  nécessaire des investisseurs que sont les grandes entreprises.
  • ou encore le forum des startups qui a eu lieu récemment à Paris. Savez-vous que 52% des 500 plus grandes entreprises mondiales ont des programmes de coopération avec des start-up ?

Nous ne pouvons que soutenir les jeunes chefs d’entreprise, quand nous les voyons faire preuve d’imagination, d’innovation et de créativité.

Les grandes entreprises ont un besoin vital des apports de ces jeunes entrepreneurs qui peuvent briser les codes et les habitudes, et Les jeunes entrepreneurs quant à eux, énergiques, jeunes et fougueux ont besoin de l’expérience, et du recul des dirigeants des grandes entreprises.

  1. En dépit des reformes entreprises par le gouvernement togolais pour favoriser l’essor du secteur privé, de nombreux défis restent à relever pour les entreprises. Comment compter vous soutenir vos cadets que les difficultés pourraient décourager ?

En effet les défis à relever sont nombreux pour les entreprises et comme j’ai eu l’occasion de le dire le jeune entrepreneur, doit être à la fois le promoteur, le responsable des ressources humaines et le responsable commercial de son affaire. Il doit de plus faire preuve de connaissances informatique, fiscale et managériale.

Les dirigeants des grandes entreprises sont là et l’AGET en particulier est là pour soutenir les cadets qui seraient découragés par les difficultés. Dans le processus  de montage de son entreprise, les difficultés ne sont que des étapes vers le succès.

Mais une fois encore et j’insiste il faut faire confiance à ces jeunes entrepreneurs qui font preuve de dynamisme et d’abnégation dans la création de leur entreprises.

Je suis convaincu que des startups togolaises à envergure internationale verront le jour très bientôt.

  1. Que pouvez-vous dire aux jeunes entrepreneurs qui n’étaient pas à ce dîner et qui aspirent à réussir, à vous égaler voir vous dépasser ?

Le message que je souhaite passer aux jeunes entrepreneurs en particulier ceux qui n’étaient pas à ce diner est de venir nous rendre visite à l’AGET car nous avons sur place une équipe capable de les orienter sur les personnes qui ont des connaissances et des compétences nécessaires. Si les jeunes entrepreneurs veulent égaler voire dépasser les grandes entreprises nous en sommes très heureux, je tiens juste à leur préciser que tout est dans la détermination, l’assiduité et la persévérance dans le travail, la confiance et l’ouverture d’esprit. Le secteur privé doit montrer son dynamisme pour faire face aux défis du développement et de l’emploi et nous comptons sur les jeunes pour cela.